Sélectionner une page

L’entretien de recrutement n’est pas un échange comme un autre. Il est encadré par la loi ! C’est le Défenseur des Droits qui est chargé, entre autre, de veiller au bon respect des 23 critères discriminants.

Je me permets ce rappel car le témoignage de candidats sur le type de questions que certains recruteurs, en entreprise comme en cabinet de recrutement leur posent m’impose de réagir.

En effet, au-delà de la valeur morale de certaines questions, mon rôle en tant que professionnel du recrutement est d’informer mes clients et mes collaborateurs sur les aspects légaux dans la manière de mener un entretien de recrutement.

Quelques questions entendues et pourtant illégales !

  • Où habitez-vous ?
  • Que font vos parents ?
  • Avez-vous un projet de fonder une famille ?
  • Vivez-vous chez vos parents ?
  • Etes-vous en couple ?

Dans l’esprit de ces recruteurs, ces informations pourraient sembler légitimes car elles renseignent sur l’environnement social des candidats, donc sur leur savoir-être, ainsi que sur les projets familiaux susceptibles de perturber l’organisation du travail à un moment donné.

Fût un temps où l’évaluation des compétences était la priorité pour valider ou non un candidat. De ce fait, ajouté à une forme de lutte contre la discrimination, la mode fut de se concentrer uniquement sur les compétences, omettant la personnalité.

Hélas, les échecs de recrutement inhérents aux comportements et à l’état d’esprit décalés à la culture d’entreprise se sont multipliés incitant les recruteurs à rechercher d’autres sources d’informations pour pérenniser leurs recrutements.

Fervent partisan de la « Trilogie du recrutement » Compétences, Motivations, Personnalité, je considère que ces 3 piliers de l’évaluation doivent indépendamment être tous validés ! L’évaluation est aussi complexe que l’être humain. S’affranchir d’un de ces items augmente le risque de se tromper.

D’ailleurs, la tendance actuelle est inverse. De plus en plus d’articles sur-valorisent l’importance des « softs skills » en écartant le savoir-faire et les motivations. Ainsi, même le plus compétent et le plus agréable des collaborateurs ne restera pas et ne réussira pas s’il n’est pas motivé par ses missions et/ou son environnement de travail ! Comme dans la vie, tout est une question d’équilibre. De même, l’excès de compétences et de motivation ne compensera jamais la personnalité ! Seules les compétences peuvent évoluer dans la durée ! Les « softs skills » oui bien sûr, mais avec un minimum de compétences et une véritable motivation.

Alors chers recruteurs, ne posez plus ces questions « interdites » qui finalement n’apportent rien d’éloquent dans l’évaluation globale et appliquer la « Trilogie du recrutement » pour réussir vos embauches.

Et maintenant, à vous de réussir vos recrutements !

La Chronik de Frédérik

Inscrivez-vous pour la recevoir

You have Successfully Subscribed!