Sélectionner une page

Selon David GREABER, initiateur de la notion de « bullshit jobs », un « job à la con » en français est « une forme d’emploi rémunéré qui est tellement inutile, superflue ou néfaste, que même le salarié ne parvient pas à justifier son existence, bien qu’il se sente obligé, pour honorer les termes de son contrat, de faire croire qu’il n’en est rien ».

La position du salarié concernant l’inutilité de sa fonction reste défendable, en revanche pour l’entreprise, les conséquences ont forcément un impact préjudiciable à la bonne marche de l’activité. En effet, si un employeur paie un employé, il y a logiquement une raison, bonne ou mauvaise, mais il y a une raison !

Je ne connais pas de société privée qui a pour objectif de rémunérer ses salariés à ne rien faire ou à mal faire, et je n’ai jamais eu de telle mission de recrutement à gérer pour mes clients ! Mais si vous en connaissez, je vous invite à m’en faire part.

Néanmoins, j’ai identifié 4 catégories de motifs susceptibles de cautionner ce type d’emplois au profit des salariés :

  • Socialement
    • Ils permettent à des salariés avec un faible taux d’employabilité d’exister dans le monde du travail, d’avoir un revenu leur assurant une indépendance financière et une dignité sociale
  • Economiquement
    • En effectuant des tâches à faible valeur ajoutée pour le compte de collaborateurs mieux payés, ils rentabilisent le temps de ces derniers
  • Humainement
    • La diversité sociale dans une entreprise doit normalement rappeler à tous les valeurs de solidarité, d’empathie et d’humilité
  • Politiquement
    • C’est une façon d’écarter un salarié de sa zone d’incompétence à une fonction donnée sans le licencier

Je comprends que certains puissent décrier la notion de « bullshit jobs », qui est pour moi une vue de l’esprit acceptable, mais ils sont définitivement utiles pour le salarié !

En effet, rien, absolument rien, n’oblige un salarié d’accepter ou de s’accommoder d’un « job à la con ». Il est libre de partir ou mieux, de demander et d’argumenter sur une évolution de ses attributions pour rendre son activité plus utile pour lui et son organisation. Alors, s’il l’accepte, sans doute y trouve-t-il son compte ?

Mais il EST également vrai que les « bullshit jobs » sont possiblement la conséquence d’une malheureuse décision managériale inhérente à une mauvaise définition de poste et/ou à une erreur de casting !

Oui, il existe des « jobs à la con », mais c’est à ceux qui acceptent de les occuper de réagir et de les transformer en un job intéressant ou de partir afin d’influencer les employeurs à ne plus en proposer !

D’ailleurs, est-ce que le métier de recruteur ne deviendrait-il pas un « bullshit job » avec l’avènement de l’intelligence artificielle ? Qu’en pensez-vous ?

 

Et maintenant, à vous de réussir vos recrutements !

La Chronik de Frédérik

Inscrivez-vous pour la recevoir

You have Successfully Subscribed!