Sélectionner une page

J’apprends en lisant un article dans les Echos Start relatant une étude réalisée par Adzuna Tend, que les diplomés Bac+5 d’écoles de commerce gagnent plus de 600 000 € qu’un Bac+2 sur l’ensemble d’une carrière.

Il est vrai qu’en France, les caractéristiques des diplômes rassurent les recruteurs, surtout dans les grandes entreprises. Pourquoi ? Tout simplement, car la marque employeur, la taille, les avantages et la notoriété attirent plus facilement un plus grand nombre de candidats. Et comme elles ont le choix, elles peuvent se permettre d’augmenter leur niveau d’exigence, notamment sur les critères objectifs (diplômes, nombre d’années d‘expérience, connaissance des grandes entreprises, maîtrise d’une ou plusieurs langues, …)

Sans remettre en cause le crédit de cette étude, bien au contraire, mon expérience montre que tout reste possible ! En effet, j’ai l’habitude de rencontrer des candidats aux parcours scolaire et professionnel très variés. Et même si en général, le niveau et le type de formation influence la rémunération, dans tous les métiers et les secteurs d’activités, il existe des entreprises qui permettent de s’affranchir de ces standards.

Ce sont davantage les qualités intrinsèques, comme l’écoute, l’envie de s’améliorer, la rigueur, l’engagement, la capacité d’apprendre et d’assimiler les informations continuellement façonnées par la pratique, qui cassent la barrière des diplômes.

Bien sûr, plus le métier nécessite la maîtrise de connaissances techniques, plus l’impact du diplôme est important. Mais cet impact est de moins en moins probant pour 2 raisons : la montée en compétence tout au long de sa carrière et la pénurie de profils compétents disponibles qui incitent les entreprises à s’intéresser à des potentiels qu’elles vont former.

C’est d’autant plus vrai dans les TPE et les PME qui s’attachent davantage à la personnalité et aux motivations des collaborateurs qu’aux diplômes. Elles proposent des responsabilités et des opportunités d’évolution parfois incomparables avec des grands entreprises qui elles entretiennent encore les plafonds de verre dévérouillables en fonction des diplômes et des écoles.

Alors chers candidats, choisissez le métier dans les secteurs d’activités et les types d’entreprises qui vous permettent de chasser les a priori, et à vous d’exploser le plafond de verre, de croire en vous et surtout, de vous donner les moyens de réussir et de gagner plus d’argent que prévu !

Et vous chers recruteurs, encore une fois, intéressez-vous davantage à ce que l’on appelle les softs kills chez les candidats que vous rencontrez, prenez le risque d’être agréablement surpris, faîtes leur confiance et ouvrez-leur la porte !

A maintenant, à vous de réussir vos recrutements !

https://start.lesechos.fr/rejoindre-une-entreprise/actu-recrutement/bac-2-vs-bac-5-le-match-des-salaires-11581.php#xtor=EPR-15-[start]-20180411-[Prov_]-2112625

Pour en savoir davantage : https://www.adzuna.fr/

 

La Chronik de Frédérik

Inscrivez-vous pour la recevoir

You have Successfully Subscribed!